TABAGISMO, PRIMA CAUSA DI MORTE EVITABILE

bandiera italia
  
Di Nicola Ferraro

Dal 1988, il 31 maggio di ogni anno, l’Osservatorio Mondiale della Sanità celebra in tutto il mondo la “Giornata mondiale senza tabacco”, per evidenziare i rischi per la salute provocati dal consumo di tabacco diretto o indiretto e sostenendo

politiche efficaci per ridurne il consumo. Il tabagismo è infatti la prima causa di morte evitabile a livello mondiale. È responsabile del 10% dei decessi di adulti in tutto il mondo.

A distanza da poco più di 500 anni dalla scoperta dell’America ormai è chiaro che la “Vendetta di Montezuma (vedi)”, non è la “diarrea del viaggiatore”, prevenibile con una profilassi efficace (vedi), ma il tabacco che lusinga, dà dipendenza e poi uccide attaccando polmoni, coronarie e arterie in generale.

Il tema scelto per la Giornata di quest’anno è “La tassazione dei prodotti del tabacco”. La leva fiscale, alla luce dei dati disponibili, risulta infatti essere l’arma di dissuasione più efficace; molto più dei messaggi pubblicitari salutistici terrorizzanti e dei divieti generici, quelli che non sono in grado di generare nuovi comportamenti pubblici virtuosi.

In occasione dell’ultimo evento, la Rete Oncologica del Piemonte e della Valle d’Aosta, la Rete regionale Health Promoting Hospital (HPH) e il Centro di Prevenzione Oncologica (CPO Piemonte) partner del progetto “In rete per ambienti sanitari liberi dal fumo”, hanno organizzato un convegno dal titolo: “Insieme per promuovere ambienti liberi dal fumo” che si è svolto martedì 27 maggio 2014 presso l’aula Dogliotti, presidio Molinette, in Corso Bramante 88/90 a Torino (vedi il comunicato) e (vedi la locandina).

Il personale sanitario, pur conoscendo i rischi di questa dipendenza, è tra le categorie più affezionate alle “bionde” (vedi) e (vedi). Un problema nel problema che la Provincia di Torino, tra le prime realtà politiche locali italiane, ha affrontato di petto anche grazie al supporto fornito, da oltre dieci anni, dall’Ordine dei Medici Chirurghi e Odontoiatri torinese (vedi), (vedi), (vedi), (vedi).

TABAC : PREMIERECAUSE DE DECES EVITABLES

De 1988 le 31 mai de chaque année, l’Observatoire mondiale de la santé célèbre partout dans le monde la « Journée mondiale sans tabac », pour mettre en évidence les risques pour la santé causés par l’usage du tabac soit directement ou indirectement et pour soutenir des politiques efficaces pour en réduire la consommation. Le tabagisme est en fait la principale cause de décès évitables dans le monde. Il est responsable de 10% des décès chez les adultes dans le monde.

Après un peu plus de 500 ans depuis la découverte de l’Amérique, il est maintenant clair que la « Revanche de Montezuma » (voir), n’est pas la « diarrhée du voyageur », évitables avec une prophylaxie efficace (voir), mais le tabac qui flatte, crée dépendance et tue en attaquant les poumons et les artères coronaires en général.

Le thème choisi pour la Journée de cette année est « La taxation des produits du tabac ». La fiscalité, à la lumière des données disponibles, semble en effet être l’arme la plus efficace de dissuasion ; bien plus que les messages publicitaires effrayants de santé et des interdictions génériques, ceux qui ne sont pas en mesure de générer de nouveaux comportements vertueux publiques.

Lors de la dernière manifestation, le Réseau d’oncologie du Piémont et Val d’Aoste, le Réseau régional de promotion de la santé dans les hôpitaux (HPS) et le Centre pour la prévention du cancer (CPO Piemonte) partenaires du projet « Mise en réseau pour les environnements de soins de santé sans tabac » ils ont organisé une conférence intitulée « Ensemble pour la promotion d’environnements sans tabac » qui a eu lieu sur le mardi 27 mai 2014 dans la salle Dogliotti, Molinette, Corso Bramante 88/90 à Turin (voir communiqué de presse) et (voir l’affiche).

Le personnel médical, même en connaissant les risques de cette dépendance, c’est parmi les plus fidèles aux « blondes » et (voir). Un problème dans le problème au quel la province de Turin, l’une des meilleures parmi les réalités politiques locales italiennes, a fait face avec l’appui fourni, depuis plus de dix ans, de l’Ordre des médecins et dentistes à Turin (voir) (voir) (voir).