GIORNALISMO: LA DEONTOLOGIA ALLA PROVA DI UNA CRONACA SEMPRE PIÙ CRUDA

 

Nel momento di una delle sue crisi culturali più profonde, il giornalismo si trova a fare i conti con ambiti inusuali della deontologia proposti in modo crudo dalla cronaca. Due sono i fatti che hanno messo in agenda questo tema: l’epidemia silenziosa dei suicidi di imprenditori veneti precipitati nel gorgo di una crisi che sembra inarrestabile (vedi) e i diritti (spesso vessati) dei detenuti, compreso quello “dell’oblio”. Proprio su questo diritto ad essere “dimenticati” come delinquenti, una volta scontata la pena ed aver raggiunto la riabilitazione come cittadini, è stata scritta la “Carta di Milano” (vedi) (vedi).

Paese strano l’Italia. Mentre l’inumano sistema carcerario italiano è oggetto di richiami, veti, reprimende e sanzioni da parte della Comunità Europea, mentre il sistema politico non riesce a varare né amnistia né indulto per migliorare la qualità di vita nelle carcere sovraffollate fino alla deflagrazione, il giornalismo italiano in crisi di identità, oltre che di crescita, riscopre la valenza deontologica di un problema professionale che nobilita il suo chiacchierato e sempre meno amato profilo professionale.

Nicola Ferraro

JOURNALISME : la déontologie est mise à l’épreuve par de faits divers de plus en plus crus

Au moment d’une crise culturelle profonde, le journalisme est en train de traiter avec des domaines inhabituels de déontologie proposés brutalement par les faits divers. Deux les faits qui ont mis cette question à l’ordre du jour : l’épidémie silencieuse de suicides en Vénétie d’entrepreneurs qui sont précipités dans le tourbillon d’une crise qui semble imparable (voir) et les droits (souvent harcelés) des détenus, y compris l’« oubli ». Sur ce droit d’être « oubliés » comme criminels, une fois que la peine est purgée et il y a la réhabilitation en tant que citoyens, a été rédigé la « Charte de Milan » (voir) (voir).

L’Italie est un étrange pays. Alors que le système carcéral italien inhumain fait l’objet de rappels, vetos, des réprimandes et des sanctions de l’Union européenne, tandis que le système politique n’arrive pas à lancer ni l’amnistie ni la grâce pour améliorer la qualité de vie dans la prison surpeuplée jusqu’à l’explosion, le journalisme italien en crise d’identité, ainsi que de croissance, redécouvre la valeur de la conduite professionnelle par rapport à un problème qui ennoblit son profil professionnel calomnié et de moins en moins aimé.