ALCOL E SALUTE: LA PAROLA AI SOCIOLOGI

bandiera italia
  
Di Nicola Ferraro

I luoghi comuni impoveriscono la vita e danneggiano la Medicina, quindi tutti noi. In Medicina l’imperativo categorico è osservare, verificare, studiare e comunicare in modo corretto in modo che altri osservino, verifichino, studino e continuino a comunicare in modo corretto. Quando poi c’è di mezzo la Prevenzione i luoghi comuni godono di un effetto moltiplicatore degli effetti negativi che produono: gli errori diventano pericoli per la salute e i danni possono moltiplicarsi a cascata. L’Epidemiologia cerca di metterci al riparo da questi rischi e per farlo usa il metodo scientifico e la matematica statistica. Grandi vantaggi stanno arrivando però dalla frequentazione di discipline non strettamente mediche e scientifiche che tuttavia si caratterizzano come efficaci strumenti di indagine della realtà in grado di mettere a disposizione nuovo materiale per la ricerca. Tra queste discipline un ruolo di primo piano lo riveste la Sociologia della salute e della Medicina (vedi la presentazione di un manuale).

In questo articolo  presentiamo tre contributi, come link, dell’Istituto di ricerca Eclectica (www.eclectica.it) che riguardano il rapporto tra alcol e salute:

− Il primo comunicato riguarda la necessità di comprendere le cause della forte riduzione dei consumi che caratterizza l’ultimo 40ennio (un dato di cui i media parlano poco o nulla), in particolare i fattori sociali che l’hanno determinato (VEDI 1)

− Il secondo comunicato analizza le caratteristiche che distinguono il bere giovanile nel nostro paese rispetto ai paesi nordici/anglosassoni (seppure in presenza di elementi di convergenza) che ridimensionano non poco l’allarme sociale sostenuto dai media: esempio di danno da luogo comune alla sanità (VEDI 2)

− Il terzo, un articolo pubblicato dalla rivista della SIMG (Società Italiana di Medicina Generale) postula la necessità di ragionare su politiche della salute tagliate sulla nostra cultura anziché adottare acriticamente un atteggiamento e delle misure nei confronti dell’alcol, riprese da paesi con culture profondamente diverse e che hanno performance decisamente peggiori dell’Italia (altro praticatissimo luogo comune!): sia per crescita dei consumi che per efficacia delle politiche (VEDI 3).

Ringraziamo Sara Rolando di Eclectica per la disponibilità con la nostra redazione.

ALCOOL ET SANTÉ :LA PAROLEAUXSOCIOLOGUES

Les clichés épuisent la vie et nuisent à la médecine, donc nous tous. Dans la médecine l’impératif catégorique est d’observer, vérifier, enquêter et de communiquer d’une manière appropriée afin que d’autres observent, vérifient, étudient et continuent à communiquer correctement. Puis, quand on parle de prévention, les clichés bénéficient d’un effet multiplicateur des effets négatifs qu’ils produisent : erreurs deviennent risques pour la santé et les dommages peuvent se multiplier en cascade. L’épidémiologie cherche de nous protéger de ces risques et de le faire en utilisant la méthode scientifique et les statistiques mathématiques. Grands avantages sont en train d’arriver de la fréquentation des disciplines pas strictement médicales et scientifiques qui, cependant, sont des instruments efficaces d’investigation de la réalité et sont en mesure de fournir du nouveau matériel pour la recherche. Parmi ces disciplines un rôle de premier plan est joué par la sociologie de la santé et de la médecine (voir la présentation d’un manuel).

Dans cet article, nous vous présentons trois contributions, en lien, par l’Institut de recherche Eclectica (www.eclectica.it) concernant la relation entre l’alcool et la santé :

– la première concerne la nécessité de comprendre les causes de la réduction significative de la consommation qui caractérise les derniers 40 ans (un fait dont les médias parlent peu ou rien), en particulier les facteurs sociaux qui l’ont déterminée (voir 1) ;

– la seconde analyse les caractéristiques qui distinguent le boire de la jeunesse dans notre pays par rapport à celle nordique / anglo-saxonne (bien qu’ils existent des éléments de convergence), ce qui réduit pas peu l’alarme sociale soutenu par les médias : c’est un exemple de cliché qui endommage la médecine (voir 2)

– le troisième article, publié dans la revue de la SIMG (Société italienne de médecine générale) postule la nécessité de réfléchir sur les politiques de santé dressées sur notre culture plutôt qu’adopter aveuglément une attitude et des mesures contre l’alcool, tirées de pays avec des cultures profondément différents et qui ont un rendement bien pire que l’Italie (un autre cliché très commun !) : à la fois pour la croissance de la consommation et pour l’efficacité des politiques (voir 3).

Nous remercions Sara Rolando d’Eclectica pour la disponibilité avec notre personnel.